Skip to content

Votre Bureau d’étude thermique RE 2020

La toute nouvelle réglementation thermique du bâtiment est la RE 2020. Sa mise en vigueur et son application sur les bâtiments neufs vont accroître considérablement la nécessité d’une expertise énergétique solide pour tous vos projets. Vous êtes un professionnel, un particulier et vous désirez prétendre à une expertise de qualité et expérimentée pour votre projet de construction. Il vous faut un bureau d’étude thermique RE 2020 comme ECOSYSTEM.

Respecter la réglementation

thermique RE 2020 facilement

grâce a notre expérience

Accompagnement et suivie de dossier auprès des professionnels du bâtiment pour assurer l’économie d’énergie.

Prise en compte des enjeux du
développement durable à
l’échelle local.

Quel est le rôle d’un bureau d’étude thermique ?

Un bureau d étude thermique est un organisme certifié pour réaliser des études et des audits de performances thermiques sur base de plans de construction, ou sur base de diagnostics de performances énergétiques (Dpe) réalisés avec des appareils de mesure appropriés et spécifiques sur place. Son expertise permet d’aiguiller les différents acteurs d’un projet de construction ou de rénovation dans leur choix, dans un souci d’efficacité énergétique, de faisabilité et de respect des réglementations thermiques.

Si cette performance thermique est repoussée constamment par les professionnels du secteur du bâtiment, de l’industrie et de la recherche, elle est aussi cadrée par une réglementation. Elle vient donner un cadre normatif d’exigences à atteindre pour vos projets de construction. Elle a constamment évolué, pour s’adapter aux enjeux de notre société, et s’est progressivement développée dans une approche transversale. Il s’agit aujourd’hui de performances à la fois énergétiques, techniques, économiques, sociales (confort) et environnementales. C’est pourquoi, la RT 2012 n’est plus, Vive le RE 2020.

 

étude thermique RE 2020

C’est quoi la RE 2020 ?

La nouvelle réglementation thermique se nomme la RE 2020. Elle permet de normaliser le secteur tertiaire et particulier, et de définir un champ d’objectifs et d’exigences. Nous sommes passés d’une réglementation « thermique », à une réglementation « environnementale plus ambitieuse contre le changement climatique ». Cette dénomination appuie cette intégration de l’approche normative du secteur du bâtiment dans l’enjeu environnemental.

En effet, l’ancienne réglementation se nommait la RT 2012. C’est à parti du 1er janvier 2013 que son respect devenait obligatoire pour toute nouvelle construction ou projet de construction. Son objectif principal était d’atteindre une consommation maximale en énergie primaire pour les bâtiments neufs de 50 kWhEP/(m2.an).

Elle déclinait alors 3 coefficients représentatifs de la performance du bâti comme exigences de résultats :

  • Le Bbio (besoin bioclimatique) mesurant l’impact de la conception du bâtiment sur la performance énergétique ; lié à l’orientation, aux apports internes, à l’inertie des matériaux.
  • Le Cep (coefficient de consommation d’énergie primaire classique) qui représente une estimation de la consommation énergétique maximale ; lié à l’ensemble des systèmes énergétiques présents et à l’inertie par exemple qui joue sur cette consommation.
  • Le Tic (la température intérieure classique) représentant la température en été sur 5 jours par forte à chaleur à ne pas dépasser ; liée principalement à l’inertie et aux protections face au soleil du bâti.

Ces réglementations thermiques sont constamment élaborées pour la performance économique, énergétique et environnementale, comme en atteste la RE 2020. En effet, trois grands objectifs sont vendus par cette RE 2020. Elle vise à développer des constructions neuves plus respectueuses de l’environnement, en diminuant l’impact carbone ; en poursuivant la recherche perpétuelle de performance énergétique, de baisse de la consommation ; et en garantissant la fraicheur pendant les étés caniculaires. Ce dernier est assez novateur, et vise à anticiper les nouvelles exigences des bâtiments de demain face au réchauffement climatique. Cette nouvelle réglementation s’intègre donc parfaitement dans la lutte contre le changement climatique, et cherche à apporter sa pierre à l’édifice dans la neutralité carbone visée d’ici 2050 par la France, tant le secteur du bâtiment contribue aux rejets de GES. Selon le dernier rapport du Ministère de la transition écologique et solidaire sur les chiffres clé du climat, le secteur résidentiel et tertiaire est le second secteur émetteur de GES derrière les transports. Ces chiffres sont en baisse, mais les hivers plus doux, et donc à un besoin en chauffage moindre, y sont pour quelque chose.

Pourquoi une nouvelle réglementation ? Des exigences claires

Les objectifs centraux de la RE 2020 se caractérisent par un nouveau terme : le BEPOS. Toute nouvelle construction devra produire davantage (ou au moins autant) d’énergie qu’elle n’en consomme, pour être un Bâtiment à Energie POSitive. L’objectif est d’atteindre des bâtis avec une consommation énergétique poussée à minima, pour ensuite la compenser par une production d’énergie propre au bâtiment par les énergies renouvelables, par exemple, pour un bilan énergétique positif.

Au regard de ces objectifs, la RE 2020 pousse encore et toujours les exigences, comme la RT 2012 l’avait fait avec le RT 2005. Si sommairement, la RT 2012 exigeait 3 critères et une consommation plafond en énergie primaire de 50 kWhEP/(m2.an), avec la RE 2020, le standard à atteindre est ce fameux BEPOS. Dans ce sens, la RE 2020 demande de s’aligner sur de nombreuses exigences afin d’en atteindre ses objectifs dont notamment :

– Une consommation totale d’énergie inférieur à 100kWh/m2, comprenant la production de chaleur/froid, la production d eau chaude sanitaire (ECS), l’éclairage, les auxiliaires, et même les appareils ménagers et électroménagers qui, eux, n’étaient pas pris en compte dans la précédente réglementation.

– Une consommation de chauffage inférieur à 12kWhEP/m2.

– Une capacité à produire sa propre source d’énergie (renouvelable), afin d’équilibrer positivement le bilan énergétique, en prenant en compte le chauffage/climatisation, l’ECS, l’éclairage et les auxiliaires.

– Un plafond d’émission de GES fixé à 4 kgCO2eq./m2/an pour les maisons individuelles et 14 kgCO2eq./m2/an pour les maisons collectives.

– Une évaluation de l’énergie grise, de l’impact carbone du bâti, d’où l’intégration d’une analyse du cycle de vie (dit CVC), qui amène une évaluation de l’impact environnemental du bâti de sa conception à sa fin de vie. Cette exigence vise à favoriser l’utilisation de matériaux biosourcés et à diminuer l’usage de béton et d’acier, notamment non recyclés.

– Une perméabilité du bâtiment à l’air de 0,4 m3/h/m2 pour une maison individuelle et 0,8 m3/h/m2 pour du collectif.

– Une exigence sur l’isolation accrue, indépendamment du mode de chauffage.

– Une évaluation de son potentiel d’écomobilité, soit sa capacité d’accès par des moyens de transports respectueux de l’environnement.

Tout ceci se décline sous forme de 5 exigences de résultats :

 
  • Le Bbio (BbioRT 2012 – 30 %), en prenant en compte la surface habitable comme référence (et non RT comme pour la RT 2012)
  • Le Cep

Et 3 nouveaux indicateurs :

  • Le Ic énergie et le Ic construction, qui représentent l’impact sur le réchauffement climatique des systèmes énergétiques et de l’ensemble du bâti.
  • Le DH qui caractérise les situations d’inconfort en été.

Les mots d’ordre sont donc, d’une part, le zéro gaspillage énergétique, en profitant de sources d’énergies « gratuites » (intelligence bioclimatique, inertie des murs, toit, surfaces vitrées, orientation), limitant au mieux les déperditions thermiques (enveloppe performante : isolation thermique, ventilation adaptée, vitrées performantes), et plaçant le consommateur comme partie intégrante de la réflexion, comme un acteur de la performance du bâtiment. D’autre part, il s’agit, d’une production d’énergie performante grâce aux systèmes énergétiques. (pompe à chaleur, solaire, etc.)

La RE 2020 est elle obligatoire ? Qui est concerné ?

Le respect de la RE 20202 deviendra obligatoire au 1er janvier 2022, et va progressivement concerner les logements individuels, les logements collectifs et le secteur tertiaire pour toute construction neuve. Elle concerne donc à la fois les professionnels, que les particuliers. Un calendrier, avec de nombreux décrets d’application, s’étalera jusque 2030. À l’heure actuelle, un premier décret a vu le jour concernant les logements neufs à usage d’habitation à compter du passage à la nouvelle année, tandis que le décret concernera le secteur tertiaire et l’enseignement en juillet 2022. Tout est disponible sur le code de la construction.

Toutefois, si votre dépôt du permis date d’avant la mise en vigueur de la RE 2020, cette dernière ne s’appliquera pour l’instant qu’aux logements, aux bureaux et au monde de l’enseignement.

La certification RE 2020 est donc exigée pour toute demande de permis, et pour pouvoir en disposer avant les travaux, et une seconde fois à la fin des travaux.

Votre bureau d’étude thermique RE 2020 ECOSYSTEM

ECOSYSTEM vous appui dans vos projets de construction, afin de les rendre les plus performants possibles, et permet de vous aligner aux exigences de cette toute nouvelle RE 2020.

Non seulement, une étude thermique réalisée par nos professionnels habilités et expérimentés est nécessaire pour obtenir votre permis de construire, mais elle peut aussi permettre de disposer d’aides financières, comme le prêt éco à taux zéro, ou nécessaire dans le cadre de l’obtention de labels (Vade Retro HQE, Effinergie, BBCA). En plus de cette garanti réglementaire, réaliser une étude thermique avec ECOSYSTEM vous permettra d’obtenir de conséquentes économies financières sur vos factures.

Nous réalisons ces études de caractéristiques thermiques de vos bâtiments depuis 2007, avec nos équipes composées d’ingénieurs et de techniciens, dans les différentes phases du projet, de la conception à la construction :

  • Un audit de performance (déperditions, échanges thermiques, systèmes énergétiques) pendant la phase de conception, afin de délivrer le permis de construire
  • Un rapport complet du niveau de performance du bâtiment est fourni, ainsi que des recommandations et autres solutions techniques tout au long de la phase de construction, à la fois de performances et réglementaires
  • Un test d’étanchéité finale
  • Une attestation de conformité finale à la RE 2020 après achèvement des travaux est délivrée
  • Des accompagnements éventuels pour entreprendre de démarches de labélisation.

Nous vous garantissons un bon déroulement de vos projets et chantiers de construction et de rénovation énergétique. Êtes-vous intéressé par une étude thermique de mise en conformité RE 2020 ? Contactez-nous par mail à ecosystem@ecosystemfrance.fr ou par téléphone au 04 94 70 60 93 du lundi au vendredi, de 9 h à 12 h et de 13 h à 17 h .